Print Friendly, PDF & Email

Neuroscience et Psychodrame: Esprit / corps et traumatismes.

Plénière d’ouverture à la 64ème conférence annuelle de San Francisco, CA

Par Tian DAYTON, PhD.

 

” Le corps mémorise ce que l’esprit oublie.” J. L. Moreno

 

Les neuroscientifiques sont en pleine validation des principes qui guident les psychodramatistes depuis près d’un siècle. Un exemple de cela est la philosophie de co-création de Moreno, c’est-à-dire que nous sommes des êtres qui se développent non pas par isolement mais dans un contexte relationnel. Un autre est que cette création est corporelle aussi bien que mentale, que les émotions vivent et sont traitées à la fois par le corps et l’esprit. Nos premières expériences relationnelles s’inscrivent dans nos systèmes neuronaux. Chaque minuscule interaction entre le parent et l’enfant se matérialise dans notre système cerveau / corps qui, à son tour, connecte notre système limbique. Le système limbique définit le ton émotionnel de l’esprit, filtre les événements externes à travers les états internes (crée une coloration émotionnelle), établit les événements comme importants, stocke les souvenirs émotionnels, module la motivation, contrôle l’appétit et les cycles de sommeil, encourage la création de liens, stimule l’odorat et module la libido. (Rosenthal 2002). Nos sens sont les passerelles à travers lesquelles nous prenons toutes les informations qui sont ensuite traitées par le système cerveau / corps. Plus les sens impliqués dans une expérience sont nombreux, plus le cerveau se souvient de cette expérience. Par exemple, les premiers intervenants sur les lieux le 11 septembre étaient plus susceptibles de développer un syndrome de stress post-traumatique (PTSD) parce que beaucoup de leurs sens ont été immédiatement impliqués dans l’expérience. Ils ont vu, senti, entendu, touché les gens et ont été touchés par les événements au World Trade Center. Il y avait même une odeur dans l’air dont tous les New-Yorkais se rappellent probablement.

De même, la maison de grand-mère avec l’odeur évocatrice et le goût de la nourriture, la vue, le son et la sensation de scènes familières, les gens, les objets et les lieux, tous s’inscrivent dans notre mémoire. Vivre dans une maison est une expérience sensorielle. Les enfants prennent ces données sensorielles et apprennent à partir d’elles à une vitesse vertigineuse. Un enfant naît avec plus de 100 milliards de neurones ou cellules cérébrales. C’est assez de neurones pour durer toute une vie, puisque qu’aucun neurone ne se développera après la naissance. Ces neurones forment des connexions, appelées synapses, qui constituent le câblage du cerveau. À l’âge de huit mois, un nourrisson peut avoir 1000 trillions de synapses. Cependant, à l’âge de 10 ans, le nombre de synapses chute à environ 500 trillions. Le nombre final de synapses est en grande partie déterminé par les premières expériences d’un enfant, qui peuvent augmenter ou diminuer le nombre de synapses jusqu’à 25 pour cent. Chaque expérience qu’a un enfant, comme voir le sourire d’une mère ou entendre un parent parler, renforce ou forge les liens entre les cellules. Les voies inutilisées dans le cerveau finissent par dépérir. Ainsi, les premières expériences d’un enfant peuvent aider à déterminer comment l’enfant sera à l’âge adulte.

La famille, notre premier atome social, est notre première classe importante sur les relations. Si la famille a causé des dommages émotionnels et psychologiques en créant un environnement qui ne favorise pas une croissance émotive saine ou qui contient les types de problèmes qui traumatisent les enfants et sapent ou interfèrent avec un développement émotionnel sain, il faut y remédier immédiatement. Si les défenses traumatiques de l’indifférence et de la dissociation ont été mobilisées à plusieurs reprises par l’enfant, les sentiments véritables entourant une situation peuvent rester hors de portée et les symptômes peuvent rester inactifs pendant de nombreuses années. Le temps que l’enfant traumatisé, par exemple, soit conscient que les problèmes de son passé interfèrent avec son présent, il peut déjà être à l’âge adulte. On en vient à une approche thérapeutique qui permet à l’enfant chez l’adulte, de ressurgir de manière plus importante, à tout moment du continuum du développement. C’est-à-dire, l’enfant intérieur de l’adulte devra reconfronter le milieu émotionnel et psychologique dans lequel l’apprentissage a pris place pour résoudre ses blocages et acquérir de nouvelles compétences émotionnelles et psychologiques.

Grandir dans un environnement précoce non optimal peut causer de profonds problèmes dans le système limbique qui peuvent résonner tout au long de la vie. Ces problèmes peuvent apparaître comme des troubles de l’humeur, de la dépression et de l’anxiété, pour n’en citer que quelques-uns; et peuvent conduire à des troubles du comportement et à la toxicomanie. Le corps ne peut pas faire la différence entre une urgence émotionnelle et un danger physique. Lorsqu’il est déclenché, il réagit soit en pompant les produits chimiques de stress conçus pour inciter quelqu’un à une sécurité rapide ou permettre de se tenir debout et de se battre. Les enfants, pour surmonter une situation douloureuse, peuvent aussi apprendre, lentement au fil du temps, à exclure, nier ou rejeter leur véritable réaction. Ce faisant, ils peuvent perdre l’accès à des informations précieuses qui pourraient les aider à naviguer dans leur monde relationnel et à évaluer avec précision les signes sociaux. Ils peuvent avoir du mal à réguler leurs propres réactions émotionnelles et psychologiques aux situations de vie ou de mort. La capacité à «s’échapper» ou à s’éloigner du danger est essentielle pour déterminer si l’on développe à long terme les symptômes traumatiques du syndrome de stress post-traumatique (van der Kolk 2006). Si l’évasion est possible, la personne qui subit un traumatisme est moins susceptible de devenir symptomatique car elle était capable d’agir sur son instinct biologique de fuite. Si l’évasion n’est pas possible, l’intense énergie qui a été soulevée dans le corps pour permettre le combat ou la fuite devient contrariée ou gelée (Levine 1997). Parce que l’envie de fuir est contrecarrée, la personne vit à l’intérieur du “système de soi” comme une intention contrariée semblable à ce que nous, dans le psychodrame, appelons “acte de faim” Les symptômes liés à l’événement original ou aux événements cumulatifs peuvent se manifester bien après, même à l’âge adulte, comme une réaction de stress post-traumatique.

Le contenu mis au rebut de ces souvenirs inconscients peut alimenter des problèmes de pensée, de sentiment et de comportement tout au long de la vie. Les personnes traumatisées vivent, en partie, comme si le facteur de stress était omniprésent, comme si une rupture répétée de leur sentiment de soi (van der Kolk 1996) et de leur monde est tapis juste au coin de la rue, c’est-à-dire qu’ils deviennent hyper vigilants. Le psychodrame, permet à ces “actes de faim” et à leur contenu émotionnel, de se retrouver dans l’action à travers le jeu de rôle; d’avoir à la fois une voix et une expression physique. De plus, le psychodrame permet à l’atome social complet, riche dans sa structure relationnelle, de se concrétiser sur la scène thérapeutique. Par le biais de jeux de rôles, des scènes contenant des “actes de faim” et des tensions ouvertes qui n’ont pas pu être surmontés de manière adéquate peuvent être restructurés dans l’univers relationnel du protagoniste.

La partie du cerveau responsable du raisonnement et de la planification à long terme, le cortex, s’arrête de fonctionner lorsque nous sommes en mode de survie ou de combat-fuite. Par conséquent, nous sommes souvent incapables de faire sens des événements traumatisants lorsqu’ils se produisent, c’est-à-dire que nous obtenons et enregistrons des morceaux de l’image mais pas l’image entière. Le sens que nous faisons d’une situation à travers la pensée et la réflexion peut manquer. En conséquence, lorsque les souvenirs liés au traumatisme se déclenchent, ils reviennent souvent comme des sensations corporelles et des mémoires soudaines. Parce que le contenu émotionnel de ces souvenirs est au moins partiellement inconscient, il peut être projeté inconsciemment sur la situation qui a déclenché les souvenirs. Et parce que les réponses aux traumatismes sont fondées sur la peur, quand ils sont déclenchés, ils peuvent faire sembler menaçantes les circonstances de la vie présente, même si elles ne le sont pas. C’est l’une des façons dont le passé influe inconsciemment sur le présent.

Les émotions sont physiques. Elles sont traitées par le corps ainsi que par l’esprit et le cœur. Si nous voulons savoir ce qui se passe dans l’esprit et dans le cœur, nous devons également savoir ce qui se passe dans le corps. Qu’est-ce que notre corps nous dit? Que veut-il dire? Que veut-il faire? Par le jeu de rôle, le corps peut nous conduire vers une expérience plus complète de notre réalité précédemment intériorisée. Il peut traverser sa peur pour que les souvenirs puissent faire surface et être ressentis ici et maintenant. Une fois que les émotions gelées peuvent être vécues, elles peuvent être comprises et rendues intelligibles à la lumière du jour. Et le corps peut être libéré pour agir comme il le souhaite, c’est-à-dire que l’intention contrariée peut entrer dans une certaine forme d’action et la peur, la colère et la douleur associées à ces souvenirs peuvent être reliées aux situations qui les ont provoquées. Si nous ne pouvons pas ressentir nos sentiments, nous ne pouvons pas penser à eux. Si nous ne pouvons pas réfléchir à ce que nous ressentons, nous ne pouvons pas comprendre et surmonter ces expériences.

Le psychodrame avec son dicton «montre-nous, ne nous dit pas» permet, comme le décrit Zerka Moreno, que le monde intérieur «soit d’abord concrétisé puis réfléchi avant qu’il puisse être expérimenté sur scène». Au sein d’un environnement de guérison circonscrit, par exemple par l’espace scénique, et avec la présence, le soutien et la sécurité des alliés thérapeutiques, on permet aux protagonistes de rencontrer leurs mondes intérieurs de manière à ralentir la réalité afin qu’elle devienne plus tangible. L’expérience peut être ressentie, comprise et réintégrée dans le soi avec une nouvelle perspective et une nouvelle signification. C’est cette approche expérientielle orientée vers la relation – favorisant une intégration esprit / corps plus complète – qui fait du psychodrame une méthode pour le futur.

A travers le psychodrame et la sociométrie, nous pouvons avoir une confrontation avec le soi et une confrontation avec les autres. Nous pouvons visiter n’importe quel point de notre atome social; le monde dans lequel nous vivions, le monde dans lequel nous vivons maintenant ou le monde dans lequel nous pourrions vivre, dans le futur. Ceux qui ont subi un traumatisme peuvent vivre avec le sentiment d’avoir un avenir abrégé (Van der Kolk, 1996). Ils peuvent avoir du mal à conceptualiser, planifier et avancer vers leur avenir de manière réaliste. Le psychodrame leur permet de visiter leur avenir afin de recycler cette capacité perdue. C’est une méthode avec une flexibilité maximale pour travailler avec et résoudre les problèmes passés, présents ou futurs. C’est la méthode que nous chérissons tant, celle qui a ouvert la porte à la guérison personnelle pour beaucoup d’entre nous et la méthode à laquelle nous collaborons et que nous nous sommes engagés à apporter dans les différents mondes dans lesquels nous vivons.

Le domaine des neurosciences, donc, valide ce que, en tant que cliniciens qui utilisons le psychodrame, la sociométrie et la thérapie de groupe expérientielle, nous avons appris à comprendre au fil des ans. Que le «corps est», en fait, «l’inconscient». Qu’il contient l’histoire de nos vies qui a été apprise et vécue dans l’action et la relation. Cette méthode hautement sensorielle de jeu de rôles crée un environnement de guérison qui permet une expression plus complète de tous les aspects de soi et de l’autre. C’est une méthode qui peut s’étendre et s’adapter à n’importe quel niveau de la société, une méthode pour l’avenir.

 

Références

American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, fourth edition. 1994. Washington, DC: American Psychiatric Association.

Dayton, T. 1994. The Drama Within. Deerfield Beach, Fla.: Health Communications, Inc.

Dayton, T.2000. Trauma and Addiction. Deerfield Beach, Fla. Health Communications, Inc.

Greenspan, S. 1999. Building Healthy Minds. New York: Perseus Books.

Pert, C. 1997. Molecules of Emotion. New York: Scribner.

Pert, C., H. Dreher and M. Ruff. 1998. “The Psychosomatic Network. Foundations of Mind-Body Medicine.” Alternative Therapies, (July) Vol. 4, No. 4.

Rosenthal, Norman E., “The Emotional Revolution” Seacaucus, New Jersey, Citadel Press, Kingston, New Jersey, 2002

Schore, A.N. (1991), Early superego development: The emergence of shame and narcissistic affect regulation in the practicing period. Psychoanalysis and Contemporary Thought, 14: 187-250.

————- (1994), Affect Regulation and the Origin of the Self: The Neurobiology of Emotional Development. Mahwah,NJ: Erlbaum.

Van der Kolk, B. 1987. Psychological Trauma. Washington, D.C.: American Psychiatric Press, Inc.

——————-. 1993. “Group Therapy with Traumatic Stress Disorder.: Comprehensive Textbook of Group Psychotherapy. Kaplan, H., and B. Sadock, Eds. New York: Williams & Wilkins.

——————. 1996. The Body Keeps the Score: Memory and the Evolving Psychobiology of Post-traumatic Stress. Boston: Harvard Medical School.

Uram, Shelly MD, 2004 Lecture, The Meadows, New York City

Van der Kolk, B., with A. McFarlane and L. Weisauth (Eds.). 1996. Traumatic Stress: The Effects of Overwhelming Experience on Mind, Body, and Society. New York: The Guilford Press.

Van der kolk B, lecture, The Meadows Conference , New York City, June, 2006

 

Pour citer cet article :

Dayton, T., (2018). Neuroscience et Psychodrame: Esprit / corps et traumatismes. Journal Relation et Action. [Consulté le …]. Disponible à l’adresse: https://www.odef.ch/relation-action/neuroscience-et-psychodrame-esprit-corps-et-traumatismes/

Date de publication : 17 octobre 2018

© Copyright Institut ODeF: Journal Relation et Action, Genève